MURATORI Historien, archéologue, homme de Lettres et ecclésiastique célèbre qui découvrit le document énumérant la liste des livres sacrés du Nouveau Testament reconnus officiellement comme texte non apocryphe par l'Eglise chrétienne des premiers siècles (le Canon de Muratori).

 

 

 

retour

 

 

 

 

 

 

 

"... un assez grand nombre de noms de famille prirent naissance des Dignités dont ont bénéficiait ou des métiers que l'on exerçait. Et, bien qu'avec le temps, les dites Dignités vinssent à faire défaut et que ces métiers ne fussent plus exercés, leur dénomination se maintînt chez les descendants.Dans quelques villes d'Italie des Familles Nobles qui ont tiré leur nom d'autres titres comme les Avocats ecclésiastiques, les gonfalonniers, les Capitaines (Capitanei mot qui s'est changé en Cattanei), les Vidames, les Chanceliers, les Vavasseurs, les Docteurs, les porte-enseigne, le Juges, les Intendants, les Prêtres, les clercs, ect...." (note du traducteur : tous ces termes qui se réfèrent à des charges ou fonctions ne relèvent pas à dire vrai de la traduction).

 

 

 

retour

 

 

 

 

 

 

S. AMMIRATO 1531-1601 Historien de Florence

 

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait du "Reggimento de'Principe" :"Inveniuntur etiam apud eos (Italos) quædam nomina dignitatum, ex jure Imperii dependentium, et supra simplicem militiam transcendentium ; ut funt Valvasolli et Cathani ; ( qui et Proceres appellantur ) jurisdictionem super subditos habentes ; quamvis hodie per Civitatum potentiam sit diminuta, vel subtracta totaliter. Valvasolli autem vocantur à valvis, quia deputati erant ad custodiendum portas Palatii Regalis, sive Imperialis, quos nos Ostiarios appellamus. Cathani, ab universitate operum in Curia Principum, et strenuitate super alios simplices Milites sunt dicti ; qui et Proceres, quasi ante alios procedentes dicuntur : catha enim universale Græco nomine significamus."

 

retour

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez obtenir le texte original écrit en 1685 par E. Menagio veuillez me contacter. Se reporter à la page de présentation de l'auteur.

 

 

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F. REDI 1626-1698 né à Arezzo naturaliste italien: il découvrit l'acarus de la gale; fut aussi poète: Opere de F. Redi (1712)

 

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existait au 18 siècle dans la région de L'Alesani en Corse une famille Catani, armuriers, qui dit-on, avaient été les fournisseurs privilégiés de Général Pasquale PAOLI Fondateur de la Nation Corse indépendante, premier état d'Europe a avoir choisi, bien avant la Révolution Francaise, une constitution démocratique (voir J.J. ROUSSEAU).

Notons qu'en langue corse : "catana" signifie, par extension : pistolet.

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vavagnano (Dans le texte de Menagio)

 

 

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Il était aussi d'usage que les Vassaux des Rois, Ducs, Marquis, Evêques, Comtes, etc... aient des sous-vassaux que pour cette raison on appelait des Vavasseurs. Quant aux Vassaux des Rois et Empereurs, ils n'étaient soumis qu'à La Majesté Royale et Impériale et ne dépendaient ni de la Ville ni de son Gouverneur. Quand ces vassaux ne jouissaient pas du titre de Duc, Marquis ou Comte, on leur donnait la plupart du temps celui de Capitanei (Capitaines) terme qui se changea en Captaneo dont on forma le mot Cattaneo ; on les appela aussi Castellani (châtelains) parce qu'ils gouvernaient quelque château (Place fortifiée). Dans le dictionnaire de la Crusca, on appelle châtelain l'habitant d'une place-forte. Toutefois le mot que rapporte Boccace dans la Nouvelle VII de la Seconde journée (du Décaméron) n'a pas cette acception, mais celle de Seigneur d'un château. Il semble néanmoins que dans les Anciens Actes de la Commune de Modène l'on donnât ce nom aux habitants d'une place fortifiée."

 

 

retour

 

 

 

 

Nous rappellerons ici que le pouvoir carolingien distribue à ses vassaux les plus fidèles, pour rémunérer les services rendus (essentiellement militaires), des domaines à titre personnel et concède des "bénéfices" (jouissance des biens produits par un domaine pendant une période limitée) situés dans les territoires conquis.

C'est aussi l'Empereur qui nomme directement les comtes (comtes austrasiens), instrument de l'exécutif impérial ; il peut les révoquer. Ces grands vassaux, mandaté par le pouvoir central, ne sont pas originaires des diverses régions de l'Italie, alors sous domination germanique.

Assez rapidement, cette forme de vassalité évolue et se pervertie : en effet ces charges deviennent héréditaires ainsi que les bénéfices qui seront assimilés à des fiefs.

Afin d'éviter ce travers, cause d'affaiblissement du pouvoir impérial, au dixième siècle, l'Empereur Othon distribue les pouvoirs comtaux aux évêques, dignitaires religieux sans hérédité (officielle!).

 

 

retour

 

 

 

"L'Evêque et l'Archevêque de Milan, dans la Cité et aussi en d'autres endroits, nommaient "Capitani" de la plèbe certains d'entre-elle ; puis, avec le temps et par l'usage, le mot s'altéra ; ils furent appelés "Catanei".

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Celui-ci était une sorte de seigneurie particulière, comme celle de Marquis, de Conte ou telle autre ; et par hasard assez semblable à ceux qui en certains lieux (comme chaque région a ses spécificités) s'appellent Vavasseurs, ou Baron et chez nous, mais aussi en d'autres endroits appelons : Cattani. Mais c'était une dignité hiérarchiquement inférieure à celle de Conte ; quoiqu'ils eussent eu, eux aussi, chateau, domaines et vassaux."

 

 

 

retour